Travail, sport : vivre avec la myopie

Si la très forte myopie représente un réel handicap au quotidien, les formes plus modérées de myopie permettent aujourd’hui aux patients de mener une vie tout à fait normale.

Hormis quelques exceptions, la plupart des activités professionnelles et sportives sont ainsi parfaitement conciliables avec le fait d’être myope.

Myopie et activités professionnelles

La myopie a le plus souvent peu d’incidences sur l’aptitude au travail, notamment lorsqu’elle est bien corrigée. Toutefois, certaines professions réglementées liées en particulier au transport ou à la sécurité peuvent imposer un certain niveau d’acuité visuelle limitant ainsi leur accès aux personnes souffrant de forte myopie.

Passage en revue des conditions requises pour exercer certaines professions parmi les plus exigeantes sur le plan visuel.

Armée/gendarmerie et myopie

Parce que ces métiers nécessitent une vigilance maximale, il est nécessaire d’avoir une bonne acuité visuelle pour pouvoir y accéder.

Celle-ci est évaluée lors d’une visite médicale qui va permettre de définir les capacités physiques et psychiques du candidat selon l’acronyme SIGYCOP (la lettre Y renvoie à l’acuité visuelle) :

  • S : Membres supérieurs – état des bras : normalement 1
  • I : Membres inférieurs – état des jambes : normalement 1
  • G : État général : 1 – jeune et résistant, 2 – un peu plus âgé, 3 – quelques exemptions de sport
  • Y : Yeux : 1 – 10/10, 2 – petite correction, 3 – grosse correction, 4 -très mauvaise vision, 5 – réforme
  • C : Sens chromatique (reconnaissance des couleurs)
  • O : Ouïe : normalement 1 ou 2
  • P : Psychisme : normalement 1 ou 2>

Plus le score est faible, plus la personne est apte à occuper son poste et inversement.

Pour passer le concours de la gendarmerie :

  • L’acuité visuelle du candidat doit être de 15/10 pour les deux yeux, et de 5/10 minimum par œil.
  • Une correction optique est possible mais elle ne doit pas dépasser 3 dioptries maximum pour atteindre les 15/10.
  • On peut devenir gendarme lorsque l’on est myope à condition d’avoir une acuité visuelle minimale correspondant au classement Y4 (c’est-à-dire d’au moins 8/10 et 5/10 par œil avec une correction) et en cas de myopie, celle-ci ne devra pas dépasser -8 dioptries. Toutefois, tous les postes ne seront pas possibles selon le degré de myopie.
  • On peut également intégrer le GIGN en étant myope à condition d’avoir un classement Y3 minimum (y compris après une opération réfractive contre la myopie). Certains postes peuvent toutefois être interdits en cas d’acuité visuelle insuffisante (exemple : chuteur ou plongeur).

Marine nationale et myopie

Il est possible d’intégrer la Marine Nationale après avoir subi une opération de la myopie. Selon la technique utilisée pour l’intervention, l’inaptitude OPEX (Opération Extérieure) est d’une durée plus ou moins longue.

  • Pour devenir marin, il est nécessaire d’avoir une acuité visuelle de 9/10 en moyenne aux deux yeux, soit 7/10 et 2/10 ou 6/10 et 3/10 ou 5/10 et 4/10 avec une correction.
  • La myopie n’empêche pas de devenir marin, mais de façon générale, celle-ci ne doit pas dépasser -8 dioptries. Toutefois, certains postes requièrent une acuité visuelle plus élevée et ne permettent pas aux candidats présentant une myopie supérieure à -1 dioptrie d’y accéder.

Police nationale et myopie

On peut intégrer la Police nationale en étant myope ou après avoir été opéré de la myopie. Il est toutefois nécessaire d’avoir une acuité visuelle minimale de 15/10 pour les deux yeux, avec au moins 5/10 pour l’œil le plus faible.

En cas de port de verres correcteurs ou des lentilles de contact, la correction apportée ne doit pas dépasser 3 dioptries pour atteindre les 15/10 requis.

Certains postes exigent toutefois des acuités visuelles plus élevées.

Pompier et myopie

Un pompier peut être myope mais son acuité visuelle doit respecter certains critères :

  • avoir 3/10 en moyenne pour chaque œil (ou 4/10 et 2/10 ou 5/10 et 1/10) sans correction ;
  • ou avoir 8/10 en moyenne pour chaque œil (ou 7/10 et 9/10 ou 6/10 et 10/10) avec correction.

Pilote de ligne et myopie

Contrairement aux idées reçues, on peut devenir pilote de ligne en étant myope et même en portant des lunettes ! Il faut toutefois répondre à certains critères : l’acuité visuelle de loin, avec ou sans correction, doit être d’au moins 7/10 pour chaque œil pris séparément et 10/10 avec les deux yeux.

On peut devenir pilote de ligne en étant myope et même en portant des lunettes !

Myopie et activités sportives

On peut être myope et faire du sport !

Que l’on soit petit ou grand, la myopie est compatible avec la plupart des sports. Une majorité d’activités peut être pratiquée en portant des lunettes de vue. Pour les jeunes sportifs, il existe aujourd’hui des dispositifs spécifiques leur permettant d’éviter les « incidents de lunettes » (nez antichoc, sangles réglables, embouts de branches antidérapants…) lorsqu’ils pratiquent des activités dynamiques, comme les sports collectifs (football, basketball…), la danse ou la gymnastique.

Pour les plus grands enfants et les adultes, le port de lentilles, qui est particulièrement adapté à la pratique sportive, peut être une alternative intéressante aux lunettes.

Natation et boxe : la vigilance s’impose !

Les lentilles sont contre-indiquées pour la pratique des sports aquatiques. Elles peuvent en effet absorber des agents pathogènes présents dans l’eau et provoquer diverses problématiques oculaires : irritations, inflammations, voire, dans les cas les plus graves, kératites amibiennes (infections rares de la cornée provoquées par la présence d’amibes dans des eaux douces comme l’eau de la piscine).

C’est pourquoi la meilleure option pour les nageurs myopes reste le port de lunettes de natation ou de masques de plongée à verres correcteurs, qui peuvent être remboursés par certaines mutuelles sur prescription médicale.

La boxe est une autre activité sportive qui nécessite d’être prudent lorsqu’on est myope. La pratique de ce sport est même contre-indiquée en cas de forte myopie en raison du risque important de décollement de la rétine lié à un choc.

SCROLL UP